Comment tout a commencé...

19/5/2020
Colette news

Réinventer la cohabitation intergénérationnelle

Matthieu Vaxelaire co-fondateur de Colette

Je m’étais toujours dit que la prochaine entreprise que je monterais serait une boîte B2B en Saas (logiciels sous abonnement vendus aux entreprises). Le B2B et le Saas, mes deux domaines de prédilection ! Sachant que faire d’une entreprise un business florissant n’est pas une mince affaire, mieux vaut capitaliser sur ses forces. Une leçon apprise il y a 12 ans, après avoir lancé vainement ma marque de chaussures sans aucune expérience, ni contact dans le métier…

Peu après l’acquisition de Mention, ma femme et moi avons décidé de rentrer à Bruxelles, notre ville natale. Cela nous a permis de passer beaucoup de temps dans nos familles. J’ai alors pris conscience d’une réalité : l’état de solitude et d’isolement dans lequel pouvait vivre un parent séparé, vivant seul à son domicile (mes parents font partie des 50% de couples qui ont divorcé). Après avoir échangé sur le sujet avec nos proches et bon nombre de leurs amis, j’ai compris que l’isolement de nos aînés était loin d’être une situation rare. 


Ce qui m’a frappé en discutant avec ces personnes, ces “seniors” comme on dit, c’est qu’elles préféraient toutes rester vivre dans leur maison, même après le départ de leurs enfants du foyer. Un ami m’a même dit un jour que sa mère accueillait depuis 5 ans des étudiants chez elle, pour combler les trois chambres laissées vides par ses enfants.

La nuit suivante, impossible de dormir... Et si on permettait à nos aînés, qui sont les plus touchés par la solitude et l’isolement, de louer les chambres libres à leur domicile à des étudiants ? Ca tombait sous le sens !


Le monde de la cohabitation intergénérationnelle


En ligne, j’ai découvert le monde aussi incroyable que méconnu de la cohabitation intergénérationnelle. Cette pratique permet aux étudiants d’accéder à des logements moins chers et de meilleure qualité en cohabitant avec des aînés. Ce concept ne date pas d’hier ! Il existe depuis des décennies dans de nombreux pays, et s’organise autour d’associations. 

Dans le monde actuel où 27% des aînés souffrent de solitude et où 17% des étudiants abandonnent leurs études parce qu’ils ne peuvent pas assumer le coût de leur loyer, la cohabitation intergénérationnelle ne peut qu’avoir un fort impact positif.

Colette cohabitation intergenerationnelle

Les avantages pour l’hôte qui loge un étudiant :

- Avoir de la compagnie
- Compléter ses revenus
- Avoir des petits coups de main au quotidien (une étagère à monter, la box Wifi à relancer…)
- Bâtir une relation humaine forte avec l’étudiant logé
- Vivre plus longtemps à la maison

Les avantages pour l’étudiant qui s’installe chez un hôte :

- Accéder à un meilleur logement à moindre coût
- Bâtir une relation humaine forte avec l’hôte
- Donner une dimension sociale et solidaire à sa cohabitation


Il ne m’aura pas fallu longtemps pour tomber sous le charme de la cohabitation intergénérationnelle !

A ce jour, les associations font un travail admirable pour promouvoir cette pratique à travers le monde. En Belgique par exemple, l’association 1toit2ages permet de former chaque années 500 binômes de co-habitants. En France, c’est l’association Ensemble2Générations qui, quant à elle, crée près de 1000 binômes par an. Et ces chiffres ne font qu’augmenter.

Les bénéfices que chacun peut tirer de la cohabitation intergénérationnelle sont tels qu’il fallait à tout prix que je comprenne pourquoi cette pratique n’était pas plus répandue. Qu’est-ce qui empêchait ces associations de créer cent fois plus de binômes de co-habitants ?

C’est pour comprendre cela que, fin 2019, j’ai commencé à m’entretenir avec des personnes de plus de 60 ans et des étudiants, 75 en tout. Je voulais comprendre comment il percevait la cohabitation intergénérationnelle, si le concept les intéressait et, dans le cas contraire, pourquoi. 

J’ai vite découvert un point essentiel : les étudiants ont une image très positive de la cohabitation intergénérationnelle. A l’inverse des hôtes, ils ne perçoivent aucun risque que cette pratique les dévalorise aux yeux de la société. D’ailleurs, cela se constate au niveau de l’offre et de la demande : à ce jour, les associations recensent 5 demandes d’étudiants par chambre proposée par un hôte.

Cela signifie que si nous voulons augmenter par 100 le nombre de binômes créés chaque années, il va falloir trouver un moyen de convaincre 100 fois plus d’hôtes d’adhérer à cette pratique.

 

Qu’est-ce qui fait la différence de Colette ? 

 

Pour atteindre notre objectif de convaincre 100 fois plus d’hôtes de louer une chambre à un étudiant, nous avons mis en lumière les six principales barrières à l’usage et avons construit notre proposition de valeur en fonction de celles-ci : 

- “Je n’ai pas confiance !” : Colette est un club (la preuve : www.colette.club). Nous qualifions et évaluons chacun des membres de notre communauté (étudiants et hôtes) pour nous assurer que nous construisons une communauté de confiance, qui partage les mêmes valeurs de solidarité et d’entraide.

- “Et si je ne m’entends pas avec mon co-habitant ?” : Colette accompagne les hôtes et les étudiants dans leur recherche du co-habitant idéal. Une fois le binôme formé, Colette reste en contact avec hôte et co-habitant pour s’assurer que tout va bien, et ce pendant toute la durée de la cohabitation. 

- “Je veux pouvoir fixer mon prix” : Colette laisse le soin aux hôtes de définir le montant de la contribution financière modeste qu’ils souhaitent appliquer, ce qui est un point de différenciation majeur avec les associations.

- “Je n’ai pas envie de changer mes petites habitudes” : Colette laisse le soin aux hôtes de définir un règlement intérieur au sein de leur domicile, et les étudiants s’engagent à le respecter pendant toute la durée de la cohabitation.

- “Et si l’étudiant ne paye pas ?” : Colette est le tiers de confiance qui garantit aux hôtes le paiement de la contribution financière modeste. Une sorte d’assurance loyer impayé appliqué à la cohabitation intergénérationnelle.

- “Et si l’étudiant détériore la chambre ?” : En partenariat avec AXA, Colette assure les hôtes à hauteur de 2,5 millions d’euros pour les dommages matériels qui pourraient être occasionnés à domicile.

- “Et si je ne m’entends pas avec mon co-habitant ?” : Colette accompagne les hôtes et les étudiants dans leur recherche du co-habitant idéal. Une fois le binôme formé, Colette reste en contact avec hôte et co-habitant pour s’assurer que tout va bien, et ce pendant toute la durée de la cohabitation. 

Après avoir peaufiné notre proposition de valeur, nous avons lancé un test, - le fameux “Proof of concept” -, à Paris, de février à début mars 2020. Objectif : convaincre 20 hôtes et créer 10 binômes de co-habitants. A la fin du mois de février, nous étions parvenus à convaincre 20 hôtes et à créer 4 premiers binômes. Tout roulait jusqu’à ce que... la crise du coronavirus nous freine dans notre élan.

Début mars, nous avons donc pris la décision d’interrompre la création de nouveaux binômes in situ. Mais forts des premiers résultats si positifs, nous avons décidé de continuer d’avancer sur d’autres chantiers de Colette.

Pourquoi la cohabitation intergénérationnelle est si importante

 

En 2050, le nombre de personnes de plus de 60 ans aura doublé*.Cela signifie que dans 30 ans, 1 personne sur 3 aura plus de 60 ans en France. Aujourd’hui, avec 27% des plus de 60 ans qui souffrent de solitude, briser l’isolement de nos aînés est devenu l’un des enjeux sociétaux majeurs du XXIème siècle. Une situation d’isolement chez une personne de plus de 60 ans est difficile à détecter, et pourtant souffrir de solitude a le même impact négatif sur la santé que fumer 15 cigarettes par jour. 

Du côté des jeunes, avec des études supérieures qui durent de plus en plus longtemps et des coûts qui ne cessent de grimper, la précarité des étudiants est devenue une réalité. De plus en plus d’étudiants abandonnent leurs études**, faute de pouvoir assumer seuls les coûts afférents. Ces tendances font de la cohabitation intergénérationnelle une solution pour demain. Grâce à cette pratique, les jeunes et les moins jeunes peuvent construire des relations solides et s’entraider pour traverser ensemble les périodes difficiles. 

 

La cohabitation intergénérationnelle à l’heure du Covid-19

 

La crise du Covid-19 nous a obligés à lever le pied, et à interrompre notre mission : la création de nouveaux binômes. Cependant, en discutant tous ensemble au sein de l’équipe, en échangeant avec nos premiers membres, ainsi qu’avec des experts de la cohabitation intergénérationnelle, nous sommes aujourd’hui pleinement convaincus que le Covid-19 ne sonne pas la fin de Colette, bien au contraire ! Colette aura encore plus d’utilité dans le monde de demain.

Post-Covid, nous devrons être encore plus solidaires les uns des autres. Les aînés vont avoir besoin de trouver de nouveaux moyens de générer des revenus complémentaires. Quant aux étudiants, ils ne vont pas cesser d’étudier, et vont plus que jamais avoir besoin de se loger à moindre coût. Mais surtout, nous allons avoir besoin de recréer du lien entre nous, des relations d’entraide mutuelle, spécialement entre jeunes et moins jeunes. 

 

Notre vision : construire la première communauté de cohabitation intergénérationnelle

 

Notre mission est de renforcer la solidarité entre les générations en construisant une plateforme de confiance pour permettre aux étudiants de trouver un logement abordable en cohabitant avec des aînés qui ont des chambres libres à leur domicile. 

Nous croyons fort en ce potentiel qu’ont les étudiants et les aînés de s’entraider. Aujourd’hui nous devons rassurer les hôtes et les étudiants sur ce nouveau mode de vie, être pédagogues et les premiers prescripteurs de la cohabitation intergénérationnelle. Nous devons notamment rassurer les hôtes : ils pourront continuer de mener leur vie comme ils l’entendent ! Et les étudiants : ils auront accès aux logements dont ils ont besoin ! La balle est dans notre camp. 

Pour faire de cette vision une réalité, pas après pas, binôme après binôme, j’ai l’immense joie d’être entouré d’une équipe de choc : Alex, David, Justine, Coline et Ben. 

Hâte de partager avec vous les avancées de Colette !

Matthieu

Sources :

* Etude United Nations, World Population Ageing 2019
** Article en anglais CNBC Make it "39% of college students would consider dropping out to avoid going further into debt"

Voir les articles similaires

Inscrivez vous à la newsletter Colette:

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Rejoignez Colette.
C'est simple, gratuit et sans engagement.

Rejoindre le club