Photo binôme Colette Club

La cohabitation intergénérationnelle et ses bienfaits

commencez

On sait que les grands-parents jouent un rôle important auprès de leur famille et de leurs petits-enfants en leur apportant certaines valeurs et du temps disponible. Pourtant, 41,9 % estiment ne pas les voir assez souvent. Quelles en sont les raisons, comment et pourquoi rapprocher les générations ?

Cohabitation intergénérationnelle : faire du lien entre générations la priorité de Colette

Des rapports intergénérationnels basés sur la confiance et le respect mutuel sont bénéfiques, autant pour les petits enfants que pour les grands-parents. C’est souvent pour nos aïeux, l’occasion de partager leurs souvenirs, transmettre leur savoir, mais aussi de partager des activités (jeux de société, jardinage, cuisine…) et des compétences. Toutes ces transmissions orales ou par l’activité, favorisent les échanges entre générations. Ils sont aussi des repères dans le temps sur ce qui se faisait avant, ce qui se fait maintenant, et sont ainsi de véritables « ponts d’échanges » entre le passé et le présent, dans une sorte de continuité historique. Une forme d’apprentissage intergénérationnel qui profite à l’un comme à l’autre.

Mais aujourd’hui, l’éloignement géographique, le manque de temps, ou des différends familiaux, éloignent les générations. 7,3% des ainées n’ont aucune relation avec leurs petits-enfants. Or, on sait que créer du lien entre les ainées et les plus jeunes, promouvoir le « vivre ensemble » est un moyen efficace pour lutter contre l’isolement et la solitude.

Alors, comment rapprocher les générations ?

Les nouvelles technologies (téléphone portable, SMS et réseaux sociaux) permettent de maintenir un lien entre les générations. Par ailleurs, 59,5 % des séniors reconnaissent l’intérêt de ces nouveaux outils pour rester en contact avec leurs petits-enfants. Cependant, même si des applications (Parlapi ou Familéo…) apportent des supports culturels en partage, ces échanges restent cependant virtuels.
D’autres concepts sont possibles pour rapprocher les générations. La cohabitation intergénérationnelle, par exemple, qui permet aux séniors d’accueillir un étudiant à domicile où chaque partie y trouve son compte : lutte contre l’isolement, un hébergement à un prix abordable. Une cohabitation d’autant plus intéressante que même si les étudiants et les retraités ont des profils différents, leurs besoins économiques et relationnels sont souvent identiques. Des associations se développent pour favoriser les rencontres entre génération et pour la mise en place de ce type de cohabitation, en proposant des ateliers aux séniors hébergeurs pour les accompagner et promouvoir les habitats intergénérationnels.

Colette

Pour rapprocher les générations, il se développe de plus en plus, des Maisons d’Accueil Rurale pour Personnes Âgées (MARPA). Un concept qui unit les générations en reliant physiquement des écoles et des résidences de personnes âgées. Composées d’une vingtaine de logements individuels, ces personnes âgées autonomes partagent de manière volontaire les activités de la vie quotidienne des élèves de maternelles et des classes élémentaires. Les élèves s’enrichissent de cette relation pendant que les anciens retrouvent les joies du partage. Ces structures proposent aussi des activités intergénérationnelles avec des assistantes maternelles indépendantes.

Cette volonté de maintenir et de développer les liens intergénérationnels repose sur le concept du vivre ensemble comme vecteur de bien-être, du bien vieillir, et de partage solidaire. Véritable levier de développement, ces liens renforcent la cohésion sociale et enrichissent les ainés autant que les plus jeunes.

Laisser un commentaire