Photo binôme Colette Club
Photo binôme Colette Club

La cohabitation intergénérationnelle à l’ère du vivre seul

commencez

De plus en plus de foyers d’une personne dans le monde

Dès le début du XXe siècle, le nombre de foyers d’une personne a quelque peu augmenté. C’est dans les années 1960 qu’on constate une forte hausse. En effet, les cultures et les modes de vie évoluent : il est aujourd’hui de plus en plus rare de trouver trois générations vivant sous le même toit. Pourtant, cela était monnaie courante pour nos parents et grands-parents. Alors, comment peut-on expliquer ce changement ?

Amélioration des conditions de vie

En 2018, 36,2% des ménages français étaient composés d’une personne.

Les enquêtes et les données des dernières décennies décryptées par le site Our World in Data montrent que les gens sont plus susceptibles de vivre seuls dans les pays riches, et que la prévalence des ménages d’une personne est sans précédent dans l’histoire. 

Y aurait-il un lien entre revenue national par habitant et part des foyers d’une personne ? Ces deux données semblent en effet corrélées : les gens sont plus susceptibles de vivre seuls dans les pays riches. C’est alors une question de revenus, ainsi que de volonté : les personnes qui ont les moyens choisissent de vivre seules.

Vivre seul ou se sentir seul ?

Mais il est également important de garder à l’esprit que vivre seul n’est pas la même chose que se sentir seul. En 2005, 45% de la population française âgée de plus de 65 ans déclaraient « se sentir seul au moins de temps en temps ».*

Cependant, alors que « la montée en puissance de la vie seule » se poursuit, dans un monde de plus en plus individualiste, il y aura de nouveaux défis pour connecter les gens et apporter un soutien à ceux qui vivent seuls.

L’importance du lien social

Photo binôme Colette club
Photo binôme Colette club

« La solitude et la faiblesse des liens sociaux sont associées à une réduction de la durée de vie similaire à celle causée par la consommation de 15 cigarettes par jour » écrivait en 2017 le Dr Vivek Murthy, Chirurgien Général des États-Unis. La comparaison semble inimaginable lorsque l’on sait qu’il y a près de 7 millions de décès dans le monde chaque année, attribués au tabagisme**.

Les liens sociaux sont ainsi importants pour notre santé et notre bien-être ! Famille, amis, connaissance : il est nécessaire d’avoir quelqu’un avec qui rire, se confier, demander conseil, parler…

Par conséquent, à mesure que les foyers d’une personne deviennent plus courants, il y aura de nouveaux défis pour se connecter et apporter un soutien à ceux qui vivent seuls, et s’adapter à ces nouveaux modes de vie. La cohabitation intergénérationnelle pourrait-elle être une solution apportée pour lutter contre la solitude de nos aînés ? Nous y croyons fortement !

Sources :

* Sundström, G., Fransson, E., Malmberg, B., & Davey, A. (2009). La solitude chez les Européens plus âgés. Journal européen du vieillissement, 6(4), 267.

** Global Burden of Disease Collaborative Network. Global Burden of Disease Study 2017 (GBD 2017) Results. Seattle, United States: Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), 2018.

Inscrivez-vous ici


Pour recevoir toutes les nouvelles du Colette Club, abonnez-vous à notre newsletter :

Laisser un commentaire